Joris Laluc – MMPJ

eLuxury eCommerce Development Manager – Martell Mumm Perrier-Jouët

 

Avant votre poste actuel, quel fut votre parcours ?

Diplômé de l’EDHEC Business School de Lille, je rejoins le groupe illycaffè, au sein de sa filiale France Belux, après une première expérience en développement produit au sein du groupe SEB MOULINEX. Au sein d’illycaffè, j’occupe tout d’abord le poste de responsable développement retail en charge de la distribution off trade pour le café, les machines et accessoires, durant 3 ans. Puis, je prends la responsabilité de la boutique en ligne B2C durant les trois années suivantes, en charge du développement, de l’animation et de la gestion opérationnelle de la boutique en ligne.

En 2014, je rejoins le groupe PERNOD RICARD au sein de sa filiale de distribution française PERNOD SA avec la mission de construire, lancer de développer la boutique en ligne B2C barpremium.com, initiative e-commerce pilote au sein du groupe. J’assure ce rôle durant deux années avant de rejoindre en août 2016 une autre société du groupe PERNOD RICARD, MARTELL MUMM PERRIER JOUËT, en tant que eLuxury eCommerce Development Manager, poste que j’occupe toujours à ce jour.

 

Quel est votre métier de tous les jours ?

Mon rôle se divise en trois grandes missions. La première et le développement de concepts et de dispositifs e-commerce gérés en direct, principalement B2C et qui ont vocation à être déployés dans plusieurs de nos marchés (Australie, France, Hong Kong…). Cette mission couvre à la fois la définition de la stratégie pour chaque dispositif, la création front et back office, la mise en place opérationnelle sur les marchés pilotes et la construction du business model.

Ma deuxième mission est le développement des marques Mumm, Martell et Perrier-Jouët auprès des grands acteurs du e-commerce au niveau mondial et local (Amazon, Tmall…), en collaboration avec les marchés qui assurent la relation commerciale avec ces acteurs. Les objectifs sont bien entendu le développement des ventes, mais aussi le renforcement de la visibilité de nos marques sur ces plateformes, mais également la mise en place de dispositifs spécifiques en soutien d’activations marketing, tel que le lancement d’un nouveau produit.

Enfin, ma troisième mission est une mission plus de support, de consultation et de représentation des initiatives MMPJ (Martell Mumm Perrier Jouët) au sein du groupe PERNOD RICARD et de ses sociétés, concernant les sujets e-commerce.

 

Qu’est-ce qui vous apporte le plus de satisfaction dans votre métier ?

J’accorde une grande importance aux produits, à leur histoire, leurs valeurs. J’ai la chance d’avoir travaillé pour illycaffè et Pernod Ricard, qui produisent, développent et distribuent des marques « passion » à mon sens. Les produits qu’ils proposent sont des produits de plaisir, de convivialité, qui ont une forte légitimité, une véritable histoire et qui transcendent le moment de consommation. Mettre en valeur ces produits auprès des consommateurs finaux à travers mes actions et mes projets et ma plus grande priorité. Au final, ce qui importe le plus pour le consommateur, c’est l’expérience qu’il aura avec la marque, qu’elle soit physique ou digitale.

Etre en contact direct avec les consommateurs est aussi un grand privilège et une grande motivation. Au sein de groupes comme illycaffè ou Pernod Ricard, peu d’entre nous sont directement en contact avec les consommateurs, la distribution étant effectuée principalement à travers des clients professionnels, que ce soit des cafés, des restaurants, des hôtels, ou encore des supermarchés ou des magasins spécialisés. Etre en lien direct avec le consommateur final est à la fois une grande responsabilité et une grande opportunité de mieux le connaitre et d’apprendre à ces côtés.

J’ai également la chance de travailler dans un univers international, au sein d’équipes multiculturelles, ce qui est une chance unique d’apprendre chaque jour, et de se remettre en question positivement à chaque instant.

Enfin, faire partie d’une équipe digitale dans des sociétés en plein de transformation digitale est aussi l’opportunité d’avoir un impact réel sur la transformation des équipes, et de les accompagner de manière pragmatique et positive vers ce changement.

 

Quelle innovation vous semble notable dernièrement ?

Pour moi, l’innovation technologique « de fond » qui me semble véritablement notable est le développement de la couverture 4G à travers le monde, et l’accès de moins en moins couteux à cette technologie. L’accès aux réseaux 4G a véritablement changé la façon dont nous utilisons nos smartphones, et à recentrer l’expérience digitale autour du mobile principalement. C’est encore plus notable dans les pays où la couverture est incroyablement forte et l’accès à la technologie facilitée, comme la Chine et d’autres pays d’Asie. La génération des « millenials » est le symbole même de ce changement d’habitudes de consommation.

 

Comment voyez-vous votre métier dans le futur ?

Récemment, j’ai assisté lors de la dernière VIVATECHNOLOGY à une conférence avec Ian Roger, Chief Digital Officer du groupe LVMH. Et il a eu cette phrase très vraie : « What’s not digital today ». Toutes les organisations sont en train de se « digitaliser » plus au moins rapidement et avec plus au moins de difficultés, mais à termes, le digital fera partie du « bagage » de chaque employé. Concernant le e-commerce, mon métier va devenir de plus en plus transversal. Je crois véritablement à la disparition des frontières entre les canaux de distribution dans les années à venir. J’essaye systématiquement de réfléchir comme un consommateur. Ce qu’il souhaite c’est acquérir un produit ou un service au meilleur prix de la manière la plus simple possible et avec le maximum d’expérience avec la marque. Le digital et le e-commerce sont des moyens extraordinaires de répondre à ces besoins, mais ils doivent faire partie d’une réponse, d’une expérience de marque plus globale et plus cohérente.

 

Comment vous imaginez-vous dans 5 ans ?

Il y a 5 ans je n’imaginais pas travailler dans le e-commerce ou le digital. Alors m’imaginer dans 5 ans est assez difficile. Nous verrons bien 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *